Recherche

En 2014, le Gouvernement a mis en place un Numéro vert gratuit 0 800 005 696 destiné à toute personne (familles, amis, proches, entourage professionnel, personnels associatifs…) ayant un doute sur une potentielle situation de radicalisation ou un questionnement sur ce sujet. Il est géré par le Centre National d’Assistance et de Prévention de la Radicalisation (CNAPR).

Inquiets pour un membre de leur entourage, ces personnes ont appelé la plateforme téléphonique. Que se passe-t-il quand vous appelez ? Des écoutants du Numéro vert livrent les coulisses de leurs entretiens.

Témoignages
Oser en parler

Les familles et les proches qui nous appellent sont souvent en détresse et très angoissés. Ils n’osent pas parler. Parfois par peur, parfois par honte. Alors je les rassure, les écoute et leur explique les différentes possibilités qui s’offrent à eux, sans jamais les juger. C’est souvent un père, une mère, un ami qui demande l’aide et le soutien de notre psychologue pour mieux comprendre et restaurer le dialogue. L’important est qu’ils soient acteurs car il s’agit de sauver leur enfant, leur sœur, leur frère, leur ami.

Jeanne, écoutante du Numéro vert
Témoignages
Appeler, c'est protéger

Les familles qui nous appellent ont souvent peur d’être jugées, elles peuvent se sentir fautives de ne rien avoir vu venir, de ne pas avoir pu empêcher cette radicalisation. Après un échange qui dure souvent près d’une heure, elles savent qu’en appelant, elles protègent leur enfant. Que leur sécurité passe par leur vigilance. Qu’elles sont dans leur rôle de parents. Souvent, c’est notre psychologue qui les aide à trouver les mots et à renouer le dialogue avec leur enfant.

François, écoutant du Numéro vert
Témoignages
Je signale et après ?

Souvent les parents et la famille ont entendu parler du numéro vert. Ils s’interrogent sur ce qu’il va se passer après un signalement. Je leur explique que la préfecture de leur département sera informée, qu’une équipe spécialisée pourra évaluer la situation, proposer une prise en charge psycho-sociale tant pour la famille que pour la personne radicalisée. Chaque situation est différente, c’est en nous parlant que nous trouvons la meilleure réponse.

Claire, écoutante du Numéro vert
Partager l'article