Recherche

Outil d’aide à la décision, mis à la disposition du Premier ministre, le plan VIGIPIRATE associe tous les acteurs nationaux – l’Etat, les collectivités territoriales, les entreprises publiques et privées et les citoyens – à une démarche de vigilance, de prévention et de protection.

Dispositif de vigilance, de prévention et de protection, le plan VIGIPIRATE permet de mieux défendre la France et sa population contre la menace terroriste.

Pourquoi le plan VIGIPIRATE a-t-il été créé ?

Le terrorisme représente une menace importante et durable. Pour y faire face, l’État a mis en place un dispositif national complet, dans lequel s’insère le plan VIGIPIRATE. Cet outil d’aide à la décision, mis à la disposition du Premier ministre, associe tous les acteurs nationaux – l’Etat, les collectivités territoriales, les entreprises publiques et privées et les citoyens – à une démarche de vigilance, de prévention et de protection. Au fil des ans, le plan VIGIPIRATE a été rénové pour gagner en efficacité. Un plus grand nombre d’acteurs est associé à sa mise en œuvre et une attention particulière est portée à l'information de la population. La capacité d’évaluation de la menace et le pilotage des mesures de protection ont également été renforcés.

  • 1978 : Le Gouvernement lance un dispositif d’alerte en réponse aux premières grandes vagues d’attentats terroristes menées en France et en Europe par des organisations extrémistes ou séparatistes ;
  • 1991 : Création du premier plan VIGIPIRATE pour faciliter la prise de décision du Premier ministre dans la lutte contre les actes de terroristes ;
  • 1995 : Instauration du plan VIGIPIRATE. Il répartit les responsabilités et définit les principes de la lutte contre le terrorisme. Il est basé sur 2 niveaux de vigilance – simple et renforcé – et prévoit plusieurs mesures spécifiques en cas de menace particulière ;
  • 2000-2006 : Réactualisation du plan VIGIPIRATE. Les niveaux d’alerte sont modifiés ;
  • 2014 : Simplification du code d’alerte VIGIPIRATE qui ne repose plus que sur deux niveaux.
  • 2016 : Révision du plan VIGIPIRATE pour l'adapter à une menace particulièrement élevée.

Quels sont les objectifs du plan VIGIPIRATE ?

  • développer une culture de la vigilance et de la sécurité dans l’ensemble de la société,  afin de prévenir ou déceler, le plus en amont possible, toute menace d’action terroriste ;
  • assurer en permanence une protection adaptée des citoyens, du territoire et des intérêts de la France contre la menace terroriste.

Comment fonctionne-t-il concrètement ?

La mise en œuvre du plan Vigipirate repose sur la combinaison de 3 principes majeurs :

  • évaluer la menace terroriste en France et à l’encontre des ressortissants et intérêts français à l’étranger ;
  • connaître les vulnérabilités des principales cibles potentielles d’attaque terroriste afin de les réduire ;
  • déterminer un dispositif de sécurité répondant au niveau de risque qui résulte du croisement des vulnérabilités avec l’état de la menace.

Les services de renseignement évaluent la menace terroriste et leur analyse sert de base au Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) qui établit un niveau de sécurité VIGIPIRATE et spécifie les mesures devant être mises en œuvre. Le plan VIGIPIRATE comprend environ 300 mesures qui sont réparties entre un socle de mesures permanentes appliquées à 12 grands domaines d’activité (transports, santé, etc.) et des mesures complémentaires activées en fonction de la menace terroriste.

Quels sont ses niveaux de sécurité ?

                                    logos_vigipirate

Le plan VIGIPIRATE comporte trois niveaux de sécurité qui permettent au dispositif de sécurité intérieure de s’adapter rapidement, en fonction de l’intensité de la menace terroriste. Ils sont fixés par le Premier ministre et concernent le territoire national comme les Français résidant à l’étranger.

Enfin, le plan Vigipirate prend en compte les nouvelles mesures gouvernementales de lutte contre le terrorisme.

Pour en savoir plus sur le plan vigipirate, rendez-vous sur www.gouvernement.fr/vigipirate

>> Lire aussi « L’opération Sentinelle, qu’est-ce que c’est ? »

Partager l'article

à lire aussi