Recherche

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, une plateforme téléphonique a été créée spécialement pour les familles confrontées à la radicalisation d’un proche. En appelant le Numéro Vert mis à leur disposition, elles sont écoutées, informées et orientées vers des solutions adaptées à leur situation.

Répondre aux inquiétudes des familles et des proches

La radicalisation est un processus qui peut conduire à l’adoption d’une forme violente d’action. Elle se traduit souvent par un changement de comportement rapide. Ce processus n’est pourtant pas toujours visible, même pour les familles et les proches. Mis en place dès avril 2014, un Numéro Vert (0 800 005 696) permet à ceux qui s’inquiètent d’un possible embrigadement d’être écoutés, conseillés et orientés par des personnels formés.

 

 

Lire aussi « Comprendre le processus de radicalisation djihadiste »

 

Signaler une possible radicalisation

Chaque personne qui appelle obtient un entretien détaillé pour établir un diagnostic de la situation. Des indicateurs définis au niveau national permettent d’identifier précisément les situations de radicalisation. Au terme de l’entretien, les proches sont conseillés sur la marche à suivre et orientés vers les services compétents. Ce signalement permet de protéger nos concitoyens et la personne signalée en l’empêchant notamment de partir sur les zones de conflits (notamment en Irak et en Syrie). Pour les mineurs, la démarche offre aussi l’occasion de prendre des mesures particulières d’accompagnement. Tous les signalements sont suivis et analysés par l’Unité de Coordination de la Lutte Antiterroriste (UCLAT) et par l’état-major opérationnel du terrorisme. En cas de risque de radicalisation violente, le signalement est transmis aux services de renseignement et au préfet du département de résidence de l’individu pour permettre sa prise en charge et l’accompagnement de sa famille.

Lire aussi « À quoi servent les cellules départementales mises en place par les préfets ? »

Les informations pratiques

La plateforme téléphonique est accessible du lundi au vendredi, de 9h00 à 18h00. En dehors des jours et des horaires d’ouverture, un formulaire de signalement accessible depuis le site du ministère de l’Intérieur ou directement sur le site stop-djihadisme permet de contacter la plateforme et de décrire la situation à signaler. Les écoutants recontactent systématiquement les personnes remplissant le formulaire. Le signalement peut également se faire auprès des services de police et de gendarmerie du département. Les professionnels, enfin, peuvent passer par la voie hiérarchique auprès des services préfectoraux. 

Partager l'article

à lire aussi